Rechercher

Améliorer le bien-être au travail

Le bien-être est une notion subjective, qui regroupe de nombreux paramètres. Qu’en est-il dans un cadre professionnel ? Quels sont les paramètres à prendre en compte pour que vos salariés évoluent dans de bonnes conditions de travail, propices à une bonne qualité de vie ?


Bien dans son corps, bien dans sa tête


Être en bonne santé est sans conteste l’un des paramètres essentiels pour un épanouissement psychique. Cette santé passe notamment par des conditions de travail qui permettent de préserver son corps et d’éviter l’épuisement mental et physique (gestes répétitifs, postures statiques, port de charges, etc.). Ainsi, pour favoriser le bien-être au travail, il est important de s’assurer que les conditions de travail soient optimales, et répondent aux besoins de vos salariés. Des temps d’échange réguliers autour de sujets aussi divers que les rythmes de travail, les gestes à effectuer, la pénibilité, les conditions logistiques d’accès à l’entreprise ou encore le mode de restauration permettent d’être à l’écoute des attentes de vos collaborateurs et ainsi garantir la responsabilité sociale de l’entreprise (RSE) dans laquelle chacune évolue.

L’entreprise a également un rôle de sensibilisation auprès des salariés en matière de santé, notamment en leur fournissant des informations relatives aux risques d’accidents, au port d’équipements de sécurité, aux gestes de secours ou encore à la gestion du stress, mais aussi sur des sujets de santé du quotidien. Ce n’est pas pour rien que Ce n’est pas pour rien que 75% des salariés français attendent de leur employeur un suivi régulier de leur état de santé, selon un diagnostic de la vie de bureau française mené par Malakoff Médéric[1]. De même, proposer des ateliers découverte pour la pratique du sport, des temps de sensibilisation aux addictions comme le tabac, ou encore des interventions sur l’alimentation ou le sommeil fait aussi partie de la RSE de l’entreprise, qui œuvre alors pour le bien-être de ses collaborateurs.


Une atmosphère de travail à la fois stimulante et apaisée


Les facteurs de bien-être au travail sont multiples : outre la santé, celui-ci passe aussi par une atmosphère qui appelle à la concentration et à la réflexion. En effet, une infographie Wehobby[2]nous apprend que 60% des salariés affirme que leur environnement de travail influence leur plaisir à travailler. Nous passons la majorité de notre temps sur notre lieu de travail, avec nos collègues. Pour se sentir bien dans son environnement, un salarié doit pouvoir travailler dans de bonnes conditions d’un point de vue logistique. Ceci passe par exemple par un environnement sonore calme, une température ambiante adéquat, des équipements fonctionnels et ergonomiques (chaises de bureau adaptées, écran mats, etc.), mais aussi un éclairage non agressif pour les yeux, etc. La qualité de vie au travail passe donc beaucoup par des conditions de travail saines et propices à la productivité.

De même, proposer un programme de journées bien-être « off », ou d’évènements hors cadre (sorties, semaines à thèmes, interventions de praticiens, animations ponctuelles en interne, etc.) peut permettre de créer une atmosphère plus agréable, où le salarié se sent considéré par son entreprise et où son bien-être est privilégié. Il s’agit ici d’un réel parti-pris de la part des services en charge de l’évènementiel et de la direction.


Du lien social et de l’entente entre collaborateurs


Afin d’avoir un bon équilibre mental et de pouvoir s’épanouir dans sa vie professionnelle, il est important de pouvoir compter sur des relations de travail saines, complices et enrichissantes. Ainsi, favoriser la cohésion entre les salariés, les échanges et la bonne entente est un paramètre essentiel du bien-être au travail. Pour cela, les animations collectives (team building, séminaires, voyages professionnels) peuvent aider à tisser des liens et créer une ambiance chaleureuse.

Une atmosphère conviviale, où les relations sont apaisées, aidera à renforcer la cohésion et l’esprit d’équipe, et donc le bien-être individuel de chaque membre d’une équipe, d’un service ou d’une structure. En effet, comme le rappelle l’INRS dans un document de travail[3], le bien-être au travail fait référence à « un sentiment général de satisfaction et d’épanouissement dans et par le travail ». Ainsi, ce bien-être passe par la socialisation, l’échange et la solidarité, même en milieu professionnel.


Laisser de la place au repos et à la vie personnelle


Enfin, le dernier point pour favoriser le bien-être au travail est de permettre aux salariés de pouvoir concilier leur vie personnelle et familiale avec leur vie professionnelle. En effet, les méthodes managériales de l’entreprise doivent permettre d’obtenir de bons résultats sans pour autant imposer des rythmes de travail trop lourds aux employés. De même, proposer des activités de loisir (sorties cinéma, musée, etc.) ou sportives peut aussi favoriser de meilleures conditions de travail. Les salariés veulent être maitres de leur santé et de leur bien-être, mais il est tout à fait possible que l’entreprise leur offre des possibilités pour s’évader et se distraire durant leur temps libre. La déconnexion, c’est-à-dire le fait de ne plus penser au travail, est aussi nécessaire pour récupérer et profiter d’un vrai temps de repos.

En effet, le bien-être passe aussi par des temps de détente. Ceux-ci peuvent tout à fait se faire au sein même de l’entreprise, en proposant par exemple des plages horaires de temps de décontraction, de sieste ou de repos au calme. Une enquête 2016 d’Ipsos[4]sur le bien-être au travail nous apprend d’ailleurs que 66% des salariés attendent le développement de plus d’espaces de détente et l’organisation de plus d’événements de convivialité (58%). De même, des ateliers massage, relaxation ou des exercices de respiration peuvent aussi être organisés en collectif pour les salariés qui souhaitent s’accorder une parenthèse pour décompresser. De plus, un salarié détendu, apaisé et non soumis au stress sera plus efficace, performant et réactif, mais présentera également de meilleures capacités intellectuelles et physiques. La même enquête nous apprend d’ailleurs que pour presqu’un salarié sur deux (47%), leur état actuel affecte négativement leur performance au travail.

  1. [1] https://www.lefigaro.fr/vie-bureau/2017/04/28/09008-20170428ARTFIG00171-bien-etre-motivation-le-bilan-de-sante-des-salaries-francais.php [2] http://feelgoodoffice.fr/WP/les-chiffres-cles-du-bien-etre-au-travail-en-2018-en-une-infographie/ [3] document [4] https://www.ipsos.com/fr-fr/quid-du-bien-etre-au-travail


Tel: 06.70.97.32.55 | contact@thegreenlab.fr| Paris